FESTIVAL DE CANNES – CARTON POUR ONEOHTRIX POINT NEVER

Auteur de l’angoissante bande sonore de l’uppercut Good Time de Ben et Josh Safdie, Oneohtrix Point Never a justement été couronné pour la Meilleure Bande Originale au Festival de Cannes.

La semaine dernière, une partie de nos rédacteurs a eu la grande chance de vivre l’aventure du 70ème Festival de Cannes, et ainsi d’assister à la projection de la plupart des films présentés en Compétition. En attendant nos impressions détaillées sur les longs-métrages visionnés au cours de l’événement, nous avions à coeur de revenir sur l’extraordinaire création musicale de Oneohtrix Point Never pour la bande originale du film Good Time des frères Safdie. Après avoir contribué aux OST de The Bling Ring de Sofia Coppola et de Partisan d’Ariel Kleiman, le producteur du Massachusetts a frappé fort en remportant le Prix de la Meilleure Bande Originale sur la Croisette; une victoire au nez et à la barbe de Jonny Greenwood, guitariste de Radiohead (You Were Never Really Here), Josh Homme , leader des Queens of the Stone Age (In the Fade), ou encore du trompettiste Ibrahim Maalouf (Vers la Lumière).

Nous pouvons vous l’affirmer: l’atmosphère musicale créée par Daniel Lopatin autour des déboires nocturnes d’un incroyable Robert Pattinson est un véritable travail d’orfèvre, fait de rythmes martiaux et millimétrés, conférant à Good Time le statut de véritable expérience de cinéma en salles. Le minimalisme électronique et fantomatique de l’artiste se prête parfaitement à l’intensité pressante du long-métrage, comme le laissait imaginer sa bande-annonce. Si les partitions des autres musiciens cités ci-dessus nous ont toutes subjuguées, nous ne pouvons qu’approuver le choix du Jury de Pedro Almodóvar.

Après une heure et demie de pure course effrénée contre le temps et la raison, Good Time ouvre ses crédits de fin sur The Pure and the Damned, un titre magnifique sur lequel l’iguane Iggy Pop vient poser sa voix caverneuse; si beau qu’il nous a été impossible de quitter notre fauteuil avant ses dernières notes. En attendant la sortie du film le 11 août, nous vous invitons à découvrir la puissance des compositions passées du producteur, et notamment l’excellent Garden of Delete, publié en 2015 via Warp Records.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *