LIFE IS STRANGE: LE PROCHAIN « GONE HOME »

Les développeurs de « Remember Me » vont mettre au monde une deuxième licence intitulée « Life Is Strange ». Ce sera un jeu épisodique. Et déjà, ça part mal.

«C’est un jeu qui parle de notre identité, qui nous questionne sur qui nous sommes».
Raoul Barbet, Co-directeur de « Life Is Strange ».

On avait déjà eu notre lot de controverses avec Gone Home, le jeu le plus prétentieux de 2013 (explication en français) et que l’on peut finir en une minute 47 secondes, pour la modique somme de 20€.

life-is-strange-trailer-et-date

Et nous voilà repartis avec un jeu épisodique (il faut attendre un ou plusieurs mois pour avoir la suite des épisodes/de votre jeu), qui, d’après l’argument de vente, est dans la lignée des jeux « The Walking Dead » de Telltales Games. The Walking Dead étant LE « point and click » de 2012-2014, il est très présomptueux de s’y comparer. Là où The Walking Dead se vendait d’un bloc, Life Is Strange se vendra épisode par épisode, chacun 5€.

Il faut également noter que les développeurs de Life Is Strange sont Dontnod Entertainment, le studio parisien qui avait crée Remember Me, un jeu à l’époque édité par Capcom. Aujourd’hui, le jeu est édité et publié par Square Enix. C’est d’ailleurs sur ce changement que GameSpot commence à faire courir des rumeurs insinuant que les développeurs auraient été forcés de faire des jeux avec des personnages masculins par certains éditeurs / distributeurs (aucun nom ou source cité). Bien joué GameSpot, le jeu n’est pas encore sorti que vous appliquez déjà des tactiques de contrôle des dommages. Notez également que les articles de GameSpot ne citent pas d’autres sources qu’eux-mêmes. Bon, on ne vous en veut pas, on sait que vous êtes corrompus.

Posons-nous la question: pourquoi chaque fois qu’un jeu de ce type sort, les journalistes lui offrent des 9/10 et les joueurs des 3/10?

En deux mots : Life Is Strange ce sera un film interactif avec « plusieurs fins » (si on a de la chance) avec une histoire d’amour clichée sur un fond d’homosexualité , parce que si Electronic Art nous a bien appris quelques chose c’est que si votre jeu est mauvais mais contient des relations homosexuelles, vous pouvez toujours vous protéger en vous prétendant défenseurs des droits humains et censurer l’opposition en la traitant d’homophobe.

On vous aura prévenu, le jour où Cinquante Nuances de Grey est adapté en jeu vidéo sous un autre nom, ce sera le jeu de l’année, la révolution narrative, la bible de la profondeur scénaristique, le grand 10/10 –IGN.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *