LOMEPAL – FLIP: L’INDÉPENDANCE A UN BRUIT

Après plusieurs EP dévoilant diverses facettes lyricales et musicales, Lomepal sort son premier album. Un vent de fraicheur sillonnant entre plusieurs terres, du hip-hop à la chanson française, en passant par les rivages de l’électro.

On se souvient encore de la première apparition clippée de Lomepal, il y a plus de 5 ans, perché sur un toit aux côtés de Nekfeu et de Hologram Lo’. Le morceau A la trappe est pourtant bien loin de l’identité musicale de l’artiste aujourd’hui…

Ce qui caractérise le plus sa musique, c’est l’émotion. Une émotion qu’il puise dans sa propre histoire, mais aussi dans diverses formes artistiques, comme le cinéma. Un art dont il s’est emparé pour produire des clips travaillés et habilement mis en scène, comme pour Enter The Void (référence cinématographique directe…) ou plus récemment Yeux disent. Cette émotion, on la retrouve également sur la pochette. Lomepal y est travesti en femme, ce qui peut-être une explication du titre FLIP. Une photo assez simple qui dégage pourtant plusieurs sentiments, entre joie, humour et tristesse. « Flip » est aussi synonyme de déprime, sentiment largement exploité dans la discographie du rappeur.

Lomepal c’est aussi une identité musicale, notamment marquée par de nombreux beatmakers de talent qui l’entourent depuis ses débuts: Meyso, Stwo, Hologram Lo’, JeanJass et plus anciennement DJ Lumi. À travers sa série d’EP, de qualité inégale, le MC n’a cessé d’explorer de nouveaux horizons, travaillant ses flows, son chant et laissant la part libre à l’évolution musicale. Cela a donné naissance à de solides morceaux, comme Avion Malaisien, R2D2 ou Ma réussite avec son gava sûr Caballero. Lomepal, c’est enfin une équipe solide composée de MCs tous aussi talentueux les uns que les autres: nous citions plus haut Caballero et JeanJass (le duo francophone qui perce), mais on n’oublie pas Vidji et Keroué du Fixpen Sill, ni le collectif L’Affaire, ni tous ceux présents sur l’excellent projet 22H-6H (Walter&Lomepal – 2012).

Comme souvent, le premier album d’un talentueux artiste permet à celui-ci de faire mâturer son art pour nous en servir la substantifique moelle. Mission accompli avec FLIP. Les différents extraits du projet annonçaient déjà la couleur. Un peu de second degré bien dosé avec Pommade et Palpal, une puissance instrumentale avec l’excellent Ray Liotta et enfin une émotion immersive avec le planant Yeux disent.

Le reste du projet permet de découvrir davantage son auteur. 70 et son bel hommage à la période où notre cher Antoine se voyait grandir… L’excellent Lucy, titre poids lourd de l’album, sur la dark prod’ de Stwo et accompagné du puissant couplet en « passe-passe » de 2Fingz (composé de Doum’s et Népal).
Bryan Herman, nom d’une figure adulée par Lomepal et exposant sa passion première pour le skateboard (autre traduction du titre du projet). Le skit qui suit viendra apporter une petite transition en douceur vers la deuxième partie de l’album. Avion et Malaise, références directes à son puissant Avion Malaisien sorti en 2015. Sur le sol, dernier morceau du projet tout en émotion où il se livre sur la relation avec sa mère. Un titre très bien écrit et dans lequel beaucoup d’entre nous se retrouverons… Un morceau où on ressent également l’inspiration d’Eminem (« Où est ma caisse claire? »), notamment sur le deuxième couplet où ça rappe avec les tripes.

Lomepal a déjà démontré jadis à quel point il maîtrise son storytelling. Un exercice d’écriture qu’il déploie aux côtés de son compère bruxellois et en featuring avec Camelia Jordana sur le très joli Danse. Une collab’ inattendue donnant pourtant naissance à l’un des meilleurs morceaux de l’album. FLIP est abouti, complet. Il est rare d’écouter un projet musical de plus de 13 partitions sans aucun « déchet ». Tout est d’une grande homogénéité, riche en saveurs, en diversité. Lomepal le dit lui-même, il ne fait plus de rap. C’est autre chose. Certains de ses morceaux peuvent être chantés en acoustique. Un exercice délicat qu’il maitrise aujourd’hui totalement.

Lancer de couvre-chef, flip. Chapeau l’artiste!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *