THE PUNISHER - ÉLOGE DE LA RANCOEUR [TRAILER]

Attendu depuis de longs mois par les aficionados, le premier trailer de la série Netflix dédiée au personnage torturé de Frank Castle est enfin disponible. Un seul mot: BA-GARRE!

Articulée autour des quatre Defenders (Jessica Jones, Luke Cage, Iron First et Daredevil), la collaboration entre Netflix et Marvel a permis de découvrir ou retrouver une flopée de super-héros et vilains cultes de l’écurie, jusqu’alors écartés des projets d’adaptation sur grand écran. La phase #1 du partenariat créatif désormais achevée, il est temps pour le service de streaming de passer à une toute autre vitesse avec Marvel’s The Punisher, série dédiée à Frank Castle et à son cultissime t-shirt tête de mort. Déjà présent en guest star dans la série Daredevil, l’assassin surentraîné sera toujours interprété par le musclé Don Bernthal, décidément très en vogue en ce moment (The Accountant, Baby Driver, Wind River). Particulièrement fidèle à l’atmosphère originelle, le premier trailer rassure.

Longue de plus de deux minutes, la bande-annonce retrace l’histoire de Frank Castle, crac de la CIA spécialisé dans l’infiltration et le maniement des armes. Désireux de mettre à terme à sa carrière et aux menaces associées, ce dernier décide de quitter le business pour vivre pleinement sa vie de mari et de père; une retraite vite écourtée par le meurtre sauvage de sa famille, devant ses yeux.

Bien plus qu’une vengeance contre les criminels responsables de cette abomination, The Punisher incarne la lutte contre le Mal, et tous ceux qui le perpétuent. Répondant aux uppercuts par des rafales, Frank Castle devient alors un justicier sanglant, n’hésitant pas à torturer – physiquement ou même psychologiquement – ceux qu’il considère comme bourreaux, ou simplement malsains. Dès lors, ses interactions avec les super-héros Marvel donnent souvent lieu à des conflits moraux complexes, remettant alors en question la notion de justice, et la difficulté d’une sentence.

On espère que la série saura réactiver le plaisir coupable et nostalgique du navet de Jonathan Hensleigh, sorti en 2014 (et de la tête de John Travolta dans le film). Du neuf tout bientôt!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *