HEVISAURUS: JURASSIC METAL

Le métal fait preuve d’une diversité remarquable, tant au niveau des sous-genres existants que des thèmes abordés. Les dinosaures de Hevisaurus en repoussent un peu plus les frontières.

Une chose est sûre: Hevisaurus n’est vraiment pas un groupe comme les autres. Non sans rappeler leurs compatriotes cauchemardesques Lordi, glorieux vainqueurs du concours de l’Eurovision en 2006, les cinq membres de ce groupe finlandais se déguisent, sur scène et en dehors… en dinosaures.

La musique des gros reptiles de Hevisaurus est un mélange efficace de power metal et de hard rock directement destiné aux enfants, tant en termes de mélodies que de paroles. Les noms des membres se veulent ainsi taillés pour l’aventure: on retrouve Herra Hevisaurus au chant, Milli Pilli au clavier, Komppi Momppi à la batterie, Riffa Raffi à la guitare, et Muffi Puffi à la basse.

Une direction artistique qui fait mouche auprès des jeunes audiophiles scandinaves: formé en 2009, le quintet est signé chez Sony Music, et a déjà sorti sept disques dont Hirmuliskojen Yö, deuxième des ventes d’albums en Finlande en 2010. De plus, les plus grandes salles du Nord de l’Europe sont combles de familles à chacune de leurs venues.


Et la belle histoire ne s’arrête pas là: Hevisaurus est le second groupe de l’histoire du pays à figurer sur les murs des mythiques Hard Rock Café, après les bien plus sérieux et ténébreux Amorphis. La bande a même droit à une application iOS/Android sous forme de mini-jeux musicaux, à de multiples produits dérivés, et prochainement à un film dédié à leurs péripéties enchantées, produit par Solar Films.

Dans une région où le power metal, le death metal et le viking metal sont particulièrement populaires, Hevisaurus offre ainsi aux enfants des chansons fédératrices autour d’un conte légendaire. En effet, toute une mystique entoure la naissance du quintet pour les fans: leurs dinosaures préférés auraient été réveillés de leur long sommeil par des sorcières, qui ont invoqué la foudre pour déclencher l’éclosion de leurs oeufs dans les montagnes, et de facto provoquer leur arrivée dans le monde contemporain sous forme de créatures ô combien sympathiques.


Le succès du groupe est tel que des versions alternatives apparaissent progressivement dans de nombreux pays du globe, notamment la Hongrie, la Suède ou encore l’Argentine, où l’on peut désormais écouter les Heavysaurios, cousins hispanophones de nos héros.

Bonus de la maison: au Royaume-Uni, c’est sous la forme de requins que les Sharky Sharky ont décidé d’initier les plus jeunes au punk rock, avec une approche très similaire, autour d’animaux aquatiques à prénoms, rappelant incontestablement le mythe de La Petite Sirène.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *