JULIEN BAKER: QUAND LES MAUX NE SUFFISENT PLUS

Focus sur une des plus belles découvertes de cet hiver, Julien Baker et son premier album, Sprained Ankle. Une montagne de tendresse pour une future (très) grande de la musique folk.

Étudiante américaine de 20 ans originaire de Memphis, Tennessee, Julien Baker est indéniablement la grande révélation indie folk de ces derniers mois. Son phrasé extrêmement personnel, couplé à un timbre de voix d’une authenticité absolue, est à même de bercer et d’attendrir les audiophiles les plus réticents aux sonorités simples et délicates proches de Joni Mitchell ou encore Daughter.

Cette douceur très contrôlée, hantée par les démons intimes de la jeune chanteuse (addictions, malêtre et angoisses avoués), est subtilement mise à nue dans le superbe Sprained Ankle, un premier album extrêmement réussi, comme l’atteste sa présence dans les classements de multiples médias références, tels que Stereogum, Paste Magazine, AbsolutePunk et même The New York Times, qui le placent tous dans les meilleurs albums de l’année 2015. 9 chansons sans le moindre faux pas pour 35 minutes d’une confession auréolée d’amour.


Reine de pédales et d’effets délicieux en live, l’artiste retrace son parcours et ses troubles au son de pistes acoustiques épurées, au fil d’un album testament sur la foi, l’identité et la dépression. Loin d’être un ensemble funeste, Sprained Ankle est davantage, comme elle l’explique si bien, une tentative sincère d’aider les autres en se soignant elle-même.

Encore à la fac, celle qui se rêve professeur dans le futur transmet ainsi des émotions d’une pureté saisissante, rappelant les chefs d’oeuvres de ses aînés City & Colour (Sometimes) et Dashboard Confessionnal (Swiss Army Romance). Une écriture empreinte de sensualité et de spiritualité pour ceux qui tendent l’oreille, mais aussi une thérapie pour elle-même. Si elle valorise la connaissance et l’éducation plus que tout, il semblerait que ce soit désormais après l’expérience que court son talent.


Lorsqu’on lui demande, elle précise que ses albums cultes dépeignent ses racines alternatives: Catch Us for the Foxes de mewithoutYou, Control de Pedro the Lion, Define the Great Line… d’Underøath et le cultissime Transatlanticism de Death Cab for Cutie. Tant d’oeuvres variées et stellaires qui lui inspirent des performances hautement intenses et touchantes, à l’aube d’une tournée mondiale conciliée en harmonie avec les rendus d’université qui lui tiennent tant à coeur.

Encouragée par son entourage et le corps professoral, Julien Baker s’apprête à fouler les scènes du globe, armée de sa Telecaster bleue, tout en continuant à écrire sans arrêt à propos de son vécu et de ses questionnements. Le début d’une carrière plus que prometteuse qui, nous l’espérons, devrait l’amener à apporter son message aux foules dans les années à venir. Croisons les doigts: c’est tout le bonheur qu’on lui souhaite.


Sprained Ankle (littéralement « entorse à la cheville) » est disponible en streaming sur Spotify et Deezer, via le label indépendant 6131 Records.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *