LA MUSIQUE DU DÉPRIMANCHE #15

Le dimanche est certainement le jour de la semaine le plus affreux qui soit. Voilà notre remède.

deprimanche15

Les rues sont vides, les magasins fermés et vous essayez désespérément de faire passer la gueule de bois de votre samedi soir tout en vous faisant à l’idée que demain, c’est lundi et qu’il va falloir se lever indécemment tôt pour aller travailler. C’est pour ça que chaque dimanche, TheBergerie vous propose de découvrir un morceau apaisant, un peu mélancolique mais toujours de qualité, afin de rendre le jour du seigneur moins pénible. Faites-vous couler un bain, préparez-vous un thé ou allumez-vous une clope au bord de votre balcon et montez le volume.

HAROLD BUDD (FT. BRIAN ENO) – LATE OCTOBER

THE PEARL (1980)


On continue notre excursion dans le monde fabuleux des morceaux parus avant les années 2000 avec Late October d’Harold Budd, sorti en 1980. Une track « ambient » au piano qui va vous permettre de vous la jouer daron mélomane posé devant votre cheminée, verre de whisky à la main (si vous avez la vingtaine, ce sera plutôt un thé sur le petit balcon de votre studio).

Harold Budd est un pianiste californien qui a su s’imposer comme une référence dans le domaine de la musique contemporaine et « ambient« . Sa manière de jouer très particulière mélange piano et synthé pour créer des musiques minimalistes apaisantes et atmosphériques capables de détendre chaque parcelle de muscles qui composent votre corps.

Au début, musicien déjà respecté et enseignant à la California Institute of the Arts, c’est sa rencontre avec le producteur Brian Eno qui va lui donner une véritable visibilité internationale et lui permettre de sortir son premier album en 1978, sobrement appelé Harold Budd puis The Pavillion of Dreams ou encore, un des plus connus, The Pearl. Depuis, Harold Budd est devenu un artiste hyper productif en sortant un album chaque année depuis 40 ans (le dernier en date est Another Flower sorti en 2015) il a même réalisé, en collaboration avec le musicien écossais Robin Guthrie, la bande son de l’excellent Mysterious Skin, un film réalisé par Gregg Araki dont le rôle principal est tenu par Jospeh Gordon-Levitt.

Bref, Harold Budd est un papa de la musique contemporaine très influant et un pianiste hors-norme capable de faire surgir des émotions très fortes à l’écoute de ses morceaux, c’est pour cela qu’on tenait à vous le présenter dans cette chronique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *