MARY J. BLIGE & KENDRICK LAMAR REPRENNENT LE BOSS [SINGLE]

En charge d’interviewer la candidate Hillary Clinton pour Apple Music, Mary J. Blige a chanté un extrait du titre American Skin de Bruce Springsteen. Un single officiel sera très bientôt disponible.

En dépit de leur issue imminente, les élections américaines continuent à nous submerger de moments frappants de désolation et de stupéfaction. Parmi ceux-ci, on retiendra l’interview plutôt bizarre et gênante de la candidate Hillary Clinton par Mary J. Blige. Produit par Apple via son service de streaming Music, le programme ultra-américanisé n’a pas lésiné sur les tirades récitées et les gros violons.

Le passage le plus équivoque de cette surcouche émotionnelle est sans doute l’interprétation a capella d’un extrait d’American Skin (41 Shots) – une chanson contestataire de Bruce Springsteen – par la chanteuse new yorkaise. Si la performance laisse transparaître une dose indéniable de sincérité, c’est la théâtralisation totale de l’instant (décuplée par les mouvements de mains de l’artiste, récurrents pendant les trente minutes d’interview) qui a laissé le web béat face au film de la rencontre des deux personnalités.

Suite à la diffusion, Mary J. Blige a annoncé l’arrivée imminente du single officiel, enregistré aux côtés de notre petit chouchou Kendrick Lamar. Maladroitement introduite par cette performance inattendue, la reprise s’annonce particulièrement sombre, et vient renforcer la prise de parole massive des musiciens vis-à-vis des événements récents qui ont perturbé l’actualité nationale en mettant à mal l’égalité des américains en fonction de leur couleur de peau, ainsi que le comportement raciste d’une certaine proportion de policiers vis-à-vis des populations noires dans le pays (sous l’étendard Black Lives Matter).

mary-j-blige-kendrick_143

L’histoire de cette interprétation fait résonner celle de la naissance d’un titre inestimable de la discographie du Boss: American Skin (41 Shots), composé par Springsteen en 1999. Interprétée pour la première fois sur la tournée du E-Street Band en 2000, la chanson avait été écrite suite à l’assassinat d’Amadou Diallo le 4 février 1999. Ce dernier était un jeune migrant Guinéen âgé de 23 ans, abattu par les forces de l’ordre en plein Bronx alors qu’il ne possédait même pas d’arme. Le chiffre glaçant de cette triste affaire: 41, comme le nombre de tirs assénés par les quatre policiers du NYPD en sa direction. Après de très nombreuses apparitions dans les setlits à rallonge de Bruce SpringsteenAmerican Skin (41 Shots) fut finalement publiée en version studio dans l’album de raretés High Hopes, sorti en 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *