RÉTRO #1 – LES PARAPLUIES DE CHERBOURG (1964)

Alors que La La Land ressuscite la comédie musicale en salles, il est temps pour nous de s’intéresser à l’une de ses principales inspirations: Les Parapluies de Cherbourg, réalisé par Jacques Demy.

Chez The Bergerie, notre volonté est aussi de vous faire découvrir des œuvres peu reconnues, et qui valent véritablement le coup d’œil. Et parce qu’il y aussi un lien avec l’actualité du moment, nous avons décidé de surfer sur la vague de la comédie musicale avec Les Parapluies de Cherbourg, premier film de notre nouvelle rubrique cinéma, exclusivement consacrée aux rétrospectives.

DE QUOI ÇA PARLE ?

Palme d’Or au Festival de Cannes 1964, le film de Jacques Demy raconte l’histoire de Geneviève (Catherine Deneuve) et son idylle avec Guy (Nino Castelnuovo), mécanicien dans un garage. Elle devra constamment subir le scpeticisme de sa mère (Anne Vernon, mère de Catherine Deneuve) vis-à-vis de sa relation avec Guy et s’adapter aux pressions économiques qui s’abat sur le magasin de parapluies qu’elle tient avec elle. Mais la Guerre d’Algérie sépare les deux amants, et Geneviève tente de résoudre le problème de la solitude et du temps qui passe; un temps long qu’elle n’hésite pas à mettre en chanson avec, en tête, le souvenir de son tendre Guy.

NOTRE AVIS

Au-delà des grandes similitudes qui existent entre La La Land et Les Parapluies de Cherbourg, Jacques Demy a l’ambition de faire chanter les confidences et le quotidien des gens; et ça passe d’abord par cette petite bourgade de Normandie, où les dépendances entre individus reflètent un goût pour le respect et la communication. Le film adopte une tonalité dramatique qui, en plus d’être convaincante, offre au spectateur des bases émotionnelles touchantes: le rapport au temps, la dure réalité économique, une romance impossible…

Les chansons composées par Michel Legrand et accompagnées par les paroles de Jacques Demy lui-même donnent une indication assez notable de la capacité du film à mettre en valeur ses personnages et leurs émotions. Avec les prestations aussi épurées de Catherine Deneuve, dont la carrière a explosé avec ce film, et d’Anne VernonLes Parapluies de Cherbourg est un hymne aux sentiments et à la vie; elle et ses choix difficiles qui n’empêchent en rien la production des souvenirs. Très discuté pour son esthétique, le métrage néglige la danse et raconte son histoire tout en chanson, « en-chanté » : une mélodie complétée par les nombreuses correspondances colorimétriques entre les décors et les costumes, telle une harmonie cinématographique.

LE MOT DE LA FIN

Puisque les bonnes comédies musicales font que chaque spectateur puise dans sa réserve émotionnelle, nous vous recommandons chaleureusement le véritable hymne qu’incarne Les Parapluies de Cherbourg, œuvre sensible et à ne louper sous aucun prétexte, histoire de chanter le monde une nouvelle fois!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *