DRAKE – MORE LIFE: MORE MUSIC

Et si la vie était une musique? C’est la devise que nous propose Drake en livrant une playlist pour débuter la saison printanière en douceur et savourer « la bande originale de notre vie ».

Album? Mixtape? Ou véritable playlist initiatique? Peu importe, le Canadien le plus écouté de la planète, actuellement en pleine tournée, débarque avec 22 nouveaux morceaux. Et c’est l’événement! La toile pullule déjà de « first reaction » où les fans grimacent de bonheur sur les grosses 808 pendant que d’autres se laissent attendrir pas ses belles mélodies.

Moins verrouillé commercialement que VIEWS (sorti en exclu Apple l’année dernière), More Life a été rapidement balancé sur Spotify ce qui a permis de propager les écoutes et les réactions. À vrai dire, il suffit de trois sons pour retrouver dès le début de l’album l’univers de Drake.

Après une introduction egotrip comme il faut avec Free Smoke et un morceau pimpé à la 808 avec No Long Talk, Drizzy nous sert son jus sucré avec Passionfruit et cause câlin. On tient déjà son prochain hit, aucun doute que ce son aux influences exotiques va hanter notre été!

Belle découverte vocale sur l’excellent Get It Together, la jeune Jorja Smith s’emparant totalement de l’instrumental signé Nineteen85. L’enchainement est parfait avec Madiba Riddim et Blem, signé T-Minus. Les influences musicales afro-caribéennes sont à nouveau au cœur de ce projet. Gyalchester ramène les sonorités Trap dans la playlist avant de laisser la place à un Interlude de toute puissance, où Skepta crache ses flammes sur la grosse instru’ de Nana Rogues. Un des plus gros bangers de l’album.

Les flûtes vous avaient manqué? Toujours possédés par Mask Off de Future? Portland risque de prendre le relais avec sa douce mélodie chantonnée par Quavo et Travis Scott. Décidément, la famille des bois a la côte en ce moment.

Après une séquence musicale assez flegmatique, mais contenant des tracks intéressants comme le sombre Sacrifices ou le mélodieux Teenage Fever (où Hagler sample du J. Lo à défaut de l’avoir physiquement en featuring sur Get It Together…), on retrouve un peu de nerfs avec Can’t Have Everything. La collaboration avec Kanye West ne surprend guère même si le son, lui, reste agréable. La rythmique et la mélodie de Fake Love ne nous ont pas quittés depuis la fin 2016. Le rafraichissant Ice Melts avec Young Thug arrive à point nommé avant une conclusion sous le signe de l’introspection. Drake boucle donc cette playlist par un exercice dont il a la parfaite maîtrise, accompagné de son fidèle compère Boi-1da.

À la fin de l’écoute, on comprend pourquoi Drizzy a insisté sur le concept de playlist. 22 sons c’est long, surtout aujourd’hui. Sauf que More Life s’écoute d’une traite et nous n’avons pas le temps de vaciller. Certes tous les titres ne sont pas à la même hauteur. On aurait aimé que les productions restent au niveau de la première partie de l’album, mais la qualité est là sur la durée.

Drake continue de nous balader entre des thématiques sentimentales, introspectives, tout en faisant des excursions en terrain conquis et en nous balançant son succès à la gueule. C’est justement pour cela qu’on l’aime, car il est à l’aise sur les deux registres.

« I’ll be back in 2018 to give you the summary ». | Vivement le prochain épisode!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *