GRIME: HISTOIRE D’UN GENRE PAS SI NOUVEAU QUE ÇA

Avec Skepta et Stormzy en fers de lance, ce rap qui sent le Earl Grey et le fish and chips à plein nez débarque tout juste en Europe, chaussettes dans les sandales et crème solaire sur le nez, mais en fait, ce phénomène n’est pas si récent que ça.

Imagine, GQ t’appelle et ils te disent: « Salut, t’as envie de poser pour notre Top 50 des mecs les mieux habillés du Royaume-Uni? », et tu te pointes en tracksuit. Et bien Skepta l’a fait, et c’est représentatif de la place que le grime commence à prendre dans la culture populaire.

« I’ve been keeping my ear to the streets / The UK run out of ideas / Everybody doing covers of American beats / If it ain’t Ace Hood Hustle Hard flow / Then it all sounds like Rick Ross to me » rappe Skepta dans son morceau Ace Hood Flow, extrait de son album Blacklisted (2012) qui témoigne bien de ce formatage que le rap anglophone est en train de subir, on ne les distingue plus, ces rappeurs; « ils ont tous le même flow » dit même Damien, apprenti facteur à Plan-Les-Ouates. Mais Skepta et ses potes de l’île du Roi Arthur n’ont pas dit leur dernier mot, et aujourd’hui, le grime joue des coudes dans ce rap game dominé par des Américains shootés au lean, qui kickent comme s’ils avaient des marshmallows dans la bouche.


Extrait de son dernier album Konnichiwa, sorti en mai 2016.

L’anglais nous régale depuis 2009, année de son premier album Microphone Champion. Il a ensuite sorti trois autres albums: Doin’ it Again  en 2011, Blacklisted en 2012 et Konnichiwa en 2016. Il a récemment signé dans le label de DrakeOVO Sounds, et le très bon documentaire de Noisey sur la tournée américaine de Skepta se ponctue sur une apparition au concert de Drake au Canada. Fusion des forces et Genkidama de turn up.

Bien que Skepta semble être le porte-drapeau de ce rap anglais dopé aux grosses instrumentales à 140 bpm, il n’est pas tout seul, et les gens commencent à le découvrir gentiment. Stormzy, qui a tout juste 23 ans, s’impose comme un rappeur de qualité dans la grime scene, avec des titres comme Shut Up qui compile plus de 48 millions de vues sur YouTube ou encore Big for your Boots, vidéo aux 10 millions de vues en seulement un mois.

Des grosses basses, un flow rapide et précis comme un appel dans la profondeur de Rashford et un accent afro-british de derrière les fagots sont les ingrédients principaux de ce rap à l’anglaise.

Un autre artiste à compter dans cette famille de rappeurs, et le mot est bien choisi, c’est JME, qui n’est autre que le petit frère de Skepta. Moins connu que son aîné, peut-être par choix ou par flemme, mais tout aussi talentueux. Il a co-fondé en 2005, avec son « bredda », le label BBK (Boy Better Know), qui va vraiment mettre en avant cette scène, jusqu’à la considérer comme underground. JME a sorti son dernier album en 2015, Integrity, avec des vrais bangers grime comme Man Don’t Care en feat. avec Giggs.

« Mais dis-moi, pourquoi il y a autant de vues alors que je n’avais jamais entendu parler de ces mecs ?« . Eh bien c’est une très bonne question Damien, apprenti facteur à Plan-Les-Ouates. Au Royaume-Uni, le Grime est une véritable institution vieille d’une bonne vingtaine d’années. Et pour en parler, il est indispensable de citer Wiley, le daron du grime game.

Le gars a 38 ans, c’est ton oncle stylé qui portait des bérets dans sa jeunesse et qui te faisait faire des tours en boguet. Il est là et il ne bouge pas, comme le témoigne la publication de son dernier album, Godfather, sorti en janvier 2017. Plus que le boss, il se voit comme le garant et le protecteur de cette nouvelle génération de grime rappersBack with a Banger fait partie de cet album et montre que Wiley, même s’il a peut-être de l’arthrose dans les genoux, sait toujours manier le micro.

En 2004, Stormzy a alors 11 ans, Wiley sort son premier album, Threddin’ on Thin Ice, avec des titres comme Wot you call it?, qui est une véritable petite pépite.

Depuis, Eskiboy a sorti 11 albums, traçant un chemin balisé pour la nouvelle génération qui n’a pas manqué de lui emboîter le pas, puisqu’en 2009, un certain Skepta apparaît en featuring sur son album Race Against Time, qui porte bien son nom car Wiley sent cette jeunesse qui commence à lui souffler sur la nuque.

Si on remonte encore plus loin dans le temps, avant que les MCs débarquent en masse, le grime faisait partie de la famille UK Garage, c’était un peu ce cousin qui une fois avait pris des pilons, n’est pas redescendu. Des mecs comme DJ EZ, véritable légende de la Garage en Angleterre, ou encore Lonyo, ont popularisé ce genre jadis dédié exclusivement aux soirées londoniennes dans des hangars désaffectés.

Selon Fact Magazine, dans un article publié le 27 juillet 2016, la première instru grime serait un sample du générique d’un jeu vidéo inspiré de l’univers de Wolverine, et on doit cette découverte à SBtv, une chaîne Youtube spécialisée dans la culture underground anglaise.

Et voici un MC qui s’est essayé à poser sur cette instru d’enfer:

Le grime a bien évolué et la relève semble déjà assurée. Même pas le temps de voir Stormzy arriver au quart de siècle, que la jeunesse s’emballe. En 2016, un certain AJ Tracey, d’un an son cadet, débarque avec son single Thiago Silva en featuring avec Dave, qui montre que, comme un défenseur central au marquage sur son attaquant, il est là et il ne lâchera pas le morceau.

Il n’y a pas que AJ Tracey qui fait partie de ce centre de formation pour le grime: des mecs comme Dave, Breda ou encore les Section Boyz ont un bel avenir devant eux.

L’Angleterre ne se résume donc pas seulement au Brexit, à David Beckham et aux mecs ivres à Ibiza, c’est aussi une culture hip-hop alternative qui permet à cette jeunesse afro-british de s’affirmer à travers un mouvement comme le grime. UKGrime n’a donc pas une année et demi, comme on pourrait le croire, mais il est déjà bien installé historiquement, et son influence, musicale ou culturelle ne fait que commencer.

J’ai décidé de vous faire un petit cadeau et de vous proposer une petite playlist réunissant des artistes grime que je n’ai pas cité dans l’article, juste pour vous titiller les oreilles et vous faire hocher légèrement la tête.

Et pour se marrer, voici un extrait de deux petits grime rappers de Blackpool, au nord de l’Angleterre, sur la chaîne Youtube de BGMedia.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *