JUST DANCE – LA CRÉATRICE DE ‘THE FITS’ HONORE ‘MOONLIGHT’

Tombée amoureuse des aventures de Chiron dans le film Moonlight de Barry Jenkins, Anna Rose Holmer lui dédie un vibrant hommage tout de noir et de bleu, dans un doux océan symphonique.

Sorti début janvier sur nos écrans, The Fits est le tout premier long-métrage de la réalisatrice new yorkaise Anna Rose Holmer. Celui-ci a révélé la patte envoûtante d’une artiste débordante d’originalité, et à même de pousser la très jeune Royalty Hightower (11 ans) à délivrer une performance littéralement iconique dans le cadre d’une production universitaire aux moyens proportionnellement microscopiques.

Après avoir ébloui la Mostra de Venise et le Festival de Sundance, la cinéaste revient enfin à la création avec le millimétré soubresaut Just Dance: Moonlight x Alvin Ailey, sa propre réinterprétation du fabuleux Moonlight de Barry Jenkins, qui cumule désormais plus de 70 récompenses à travers le globe.

Le résultat est un court-métrage d’une pureté incandescente, chorégraphié et orchestré avec une rigueur et une touche non sans rappeler certains moments phares de The Fits, dans lequel les mouvements du corps humain étaient déjà sublimés autour des disciplines sportives de la boxe et de la danse.

Cristallines, ces deux belles minutes sont le fruit d’une collaboration éphémère entre le chorégraphe Robert Battle, directeur artistique de l’American Dance Theater de New York, le compositeur Nicholas Britell (12 Years a SlaveThe Big ShortMoonlight) et bien entendu Anna Rose Holmer derrière la caméra. Sur la mélodie intense de Britell se meuvent conjointement Jamar RobertsChristopher Taylor et Jeremy T. Villas, tous les trois danseurs au sein de l’institution, et ici poupées russes d’une existence.

Pour rappel, Moonlight retrace trois segments capitaux de la vie d’un jeune noir américain à la recherche de sa place dans le monde. Mastodonte de festival, le film de Barry Jenkins met notamment l’accent sur la quête de sa propre sexualité, et la dure réalité d’une enfance dans les quartiers chauds de Miami.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *