VENOM – TOM HARDY DANS LA CHAIR DU SUPER-VILAIN

Nouveau fer de lance des studios Sony, le Spider-verse donnera bientôt naissance à Venom, un long-métrage R-Rated consacré à l’un des rivaux le plus malsains et torturés de Peter Parker.

Cela fait bien des années que les fans de l’homme-araignée attendent la production d’un spin-off concentré sur Venom, le célèbre symbiote noir et blanc créé en 1984 par Marvel Comics, tristement occulté des cinq derniers longs-métrages sur le super-héros (hormis un rôle de méchant secondaire, voire tertiaire dans le décevant Spider-Man 3). Kryptonite diabolique de Spider-Man, mais aussi ennemi juré de son alter ego Peter Parker dans le cadre de leur rivalité journalistique, le personnage d’Eddie Broke sera interprété par le badass Tom Hardy (InceptionMad Max: Fury Road, Dunkerque), déjà excellent dans la peau du vilain Bane de l’écurie DC dans The Dark Knight Rises de Christopher Nolan.

C’est l’acteur lui-même qui l’annonce: à l’image des autres volets consacré à Spidey, Venom sera produit par Sony Pictures, et devrait sortir le 5 octobre 2018 outre-atlantique. Tout comme pour les futurs films prévus pour Silver Sable et Black Cat, le studio a affirmé la volonté de créer un univers indépendant du Marvel Cinematic Universe actuellement en développement, et donc des épopées des Avengers ou autres Gardiens de la Galaxie. L’objectif: renforcer la distinction des productions Sony, tout en limitant l’overdose d’intrigues interconnectées à l’extrême. Autre bonne nouvelle: le film sera Rated R (interdit aux moins de 17 ans aux USA), comme l’étaient à raison les plaisants Deadpool et Logan. Ça va saigner.

Derrière la caméra, c’est le nom de Ruben Fleischer (Bienvenue à ZombielandSanta Clarita Diet) qui a été officialisé à la réalisation. Le cinéaste pourra s’en donner à coeur joie sur la direction artistique de Venom, qui ne sera aucunement lié à Spider-Man: Homecoming, qui sortira le 12 juillet sur nos écrans. En réalité, c’est là que repose tout l’intérêt autour de ce spin-off: les scénaristes Scott Rosenberg et Jeff Pinkner devront faire sans Spider-Man, qui ne figurera absolument pas dans le film..! Avec une telle collaboration, on est soudainement beaucoup plus en droit d’attendre une petite merveille toute gluante.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *