2016: CE N’EST QU’UN ADIEU, MES FRÈRES

Cette année, le monde a perdu une liste ahurissante d’icônes des domaines de la musique, du cinéma, du sport ou de la politique. La créa de Christhebarker propose de ne jamais les oublier.

C’est ainsi depuis la nuit des temps: les saisons se suivent et, en dépit de leurs troublantes similitudes météorologiques, ne se ressemblent pas. Il en va de même pour les années, et ce que ce soit d’un point de vue personnel et intime, ou plus global et collectif. Il suffit alors de jeter un coup d’oeil dans le rétroviseur pour constater l’ampleur des bienfaits ou des dégâts, et évaluer le bon déroulé des événements.

Dans cette optique, 2016 fut une année dramatique pour la culture, notamment dans les milieux de la musique et du cinéma, avec la disparition ininterrompue de dizaines de figures incontournables de tous horizons artistiques, âges et nationalités. Côté géopolitique, on peut également dire que le tableau s’est voulu bien sombre et inquiétant, avec l’apogée du populisme au Royaume-Uni et aux USA, en plus d’une crise des réfugiés absolument désastreuse, à l’origine de millions de situations catastrophiques.

En reprenant avec génie l’artwork légendaire du Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band des Beatles, l’excellent montage photo de Christhebarker ne fait qu’enfoncer le couteau dans la plaie. En effet, c’est avec émoi que l’on y retrouve plus d’une quarantaine de stars qui se sont évanouies ces derniers mois.

the_beatles_2016

En lieu et place du quatuor mythique: l’acteur (et meme éternel) Gene WilderLemmy Kilmister (disparu fin 2015), Prince et bien entendu David Bowie. A leurs côtés, une avalanche de visages connus, allant de Sharon Jones à Leonard Cohen, en passant par George MartinGlenn FreyAlan Rickman (dans son personnage de Rogue), Mohamed Ali ou encore Anton Yelchin, décédé en juin à l’âge de 27 ans.

La dimension mortuaire et tragique de cette mosaïque repose aussi dans les éléments disposés dans la partie inférieure du visuel avec le Brexit, l’avènement de Trump et d’autres artefacts plus légers comme un fanion du club anglais de Leicester (en chute libre), ou un emballage traditionnel de Toblerone. Le terreau pour une année 2017 encore plus menaçante? La réponse nous/vous/leur appartient.

Pour rappel, retrouvez la pochette originale du somptueux album des Beatles ci-dessous!

sgt_pepper_cover


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *