SCARFACE – C’EST L’HISTOIRE D’UN REMAKE

Prodigieuses machines à billets verts, les remakes ne cessent d’envahir nos écrans, aux dépends des créations originales. Dernière loufoquerie en date: un Scarface 3.0, orchestré par Universal.

Personne ne s’y attendait vraiment, et pourtant cette semaine nous a livré toute une pluie de news autour du remake de Scarface de Brian de Palma; film sorti en 1983 et devenu culte notamment grâce à la personnalité badass de son héros Tony Montana, incarné par Al Pacino. Cela fait désormais plusieurs années que les studios Universal ambitionnent la production d’une nouvelle version, déjà désertée par les cinéastes Pablo Larraín (Jackie) et Antoine Fuqua (Training Day) pour cause de divergences créatives. Trêve de balbutiements pour le projet, qui a désormais une date de sortie, un acteur principal, deux réalisateurs potentiels, ainsi qu’un duo de scénaristes pour une collaboration à double tranchant.

Le Scarface de De Palma étant déjà une réadaptation du long-métrage éponyme de 1932 réalisé par Howard Hawks, l’annonce d’un énième projet de remake hollywoodien avait fait grincer bien des dents. Malgré tout, force est de constater que les premiers noms confirmés ou évoqués pour la version 2018 du film apportent une sérieuse consistance au tout, en commençant par l’annonce du nouveau Tony Montana, en la personne de l’excellent comédien mexicain Diego Luna (Rogue OneBlood Father, Milk).

À en croire le très sérieux The Hollywood Reporter, la réalisation devrait être confiée soit à Peter Berg, spécialiste attitré des histoires vraies au cinéma après Deepwater Horizon et l’imminent Patriot’s Day, soit à David McKenzie, qui nous a bluffés cette année avec son superbe Hell or Highwater, justement nominé pour l’Oscar du Meilleur Film. Quoi qu’il arrive, le cinéaste en charge du projet devrait apporter sa propre vision pour une version attendue comme singulière, que ce soit au gré du pouvoir d’immersion spectaculaire des oeuvres de Peter Berg, ou plutôt du réalisme sobre et creusé des personnages de David McKenzie; tous deux bien loin de l’approche ultra stylisée propre à De Palma.

Enfin, c’est de l’écriture que vient la plus grande (et belle) surprise: ce sont les frères Coen qui rédigeront le script du film, sur une base originelle de Terence Winter, scénariste de la série Boardwalk Empire. Alors, pétard mouillé ou classique contemporain sur la prohibition? Réponse en salles le 10 août 2018!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *