SKULL ISLAND: UN KONG PLUS IMPOSANT QUE JAMAIS

La déferlante de news de l’édition 2016 du Comic-Con continue: Kong: Skull Island bénéficie désormais d’un trailer officiel et d’un poster qui en dit long sur le Méga-Kong version 2017.

Après avoir régalé les fans de films d’action avec les bandes-annonces des prochains Justice League et Wonder Woman, la Warner peaufine sa domination du Comic-Con de San Diego avec de nombreux détails inédits autour du film Kong: Skull Island, qui sortira l’année prochaine.

Si l’on pouvait légitimement douter de la nécessité de cette nouvelle adaptation – après le succès en demi-teinte du King Kong de Peter Jackson en 2005 – il faut avouer que la découverte de cette version disproportionnée du roi Kong attise notre curiosité (et nos craintes) au plus haut point.

kong_skull island

De plus, la production se targue d’un casting des plus alléchants avec la présence de l’Oscarisée Brie Larson (GreenbergStates of Grace, Room), mais également de Tom Hiddleston (Thor, Crimson PeakHigh Rise), de John Goodman (The Artist, The Monuments Men, 10 Cloverfield Lane) et de l’éternel Samuel L. Jackson (Pulp Fiction, Incassable, Les Huit Salopards).

Intense et diablement rythmée, la première bande-annonce de Kong: Skull Island permet de découvrir l’univers orchestré par Jordan Vogt-Roberts (The Kings of Summer), dernier réalisateur indépendant en date à avoir rejoint l’écurie des blockbusters Hollywoodiens.

L’action du film se déroule à notre époque, avec une atmosphère crépusculaire davantage propice au genre du film de guerre qu’au récit initial de l’amour si particulier unissant la Belle et la Bête. Au-delà de ce nouveau cadre temporel, la véritable surprise de ce trailer est la taille colossale du roi de la jungle, également visible sur l’affiche teaser du film. Kong n’est plus seulement représenté comme un singe géant; il devient l’une des plus grandes créatures vues à l’écran ces dernières années.

L’objectif de cette démesure apparente: la préparation d’un crossover entre King Kong et Godzilla écrit par le scénariste Max Borenstein, déjà derrière le script du film de Gareth Edwards. Prévu pour 2020, l’affrontement entre le kaijū et le primate s’annonce comme une inestimable partie de plaisir cinéphile.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *